Lorsqu’un proche présente une perte d’autonomie avancée et que le maintien à domicile n’est plus possible, la maison de retraite est une solution choisie par de nombreuses familles. Il s’agit d’une étape importante et le choix n’est pas facile. C’est pourquoi nous vous accompagnons dans vos démarches pour trouver l’établissement le plus adapté aux besoins de vos proches.
Découvrez les différents points à prendre en compte et les démarches à entreprendre pour accompagner votre proche dans son emménagement en maison de retraite.

 

Déterminer les besoins de la personne âgée

 

Évaluer le degré de dépendance

Pour évaluer le degré de dépendance de votre proche, la grille AGGIR (Autonomie Gérontologique Groupe Iso-Ressources) est utilisée. Elle évalue les capacités physiques et psychiques de la personne âgée grâce à 17 activités différentes. Cela permet de déterminer plus précisément le niveau de dépendance de la personne concernée afin de calculer son GIR (Groupe Iso-Ressources)​. Le niveau de GIR, allant de 1 à 6, vous sera demandé par la maison de retraite pour estimer le budget à prévoir.

Notez que le GIR 1 correspond aux personnes très dépendantes et le GIR 6 aux personnes relativement autonomes. Cette évaluation est également essentielle pour définir l’éligibilité à l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) et orienter le choix vers le type d’établissement approprié. Les GIR 5 et 6 ne sont pas éligible à cette aide mais peuvent correspondre à d’autres aides, comme l’APL (Aides Personnelle au Logement). Pour en savoir plus sur le GIR, consulter le site pour-les-personnes-agees.gouv.fr

Définir la pathologie et les besoins médicaux

En plus du GIR, il vous sera demandé les pathologies spécifiques de la personne âgée, telles que la maladie d’Alzheimer, Parkinson ou d’autres troubles chroniques. Certains établissements sont spécialisés dans une ou plusieurs pathologies, qui n’est pas forcément celle dont souffre votre proche. Par exemple, les EHPAD sont conçus pour les résidents nécessitant une prise en charge médicale continue, tandis que les unités cognitivo-comportementales (UCC) sont adaptées aux personnes atteintes de démence​.

Les envies personnelles du senior

L’entrée en maison de retraite ne signifie pas renoncer aux besoins qui ne sont pas médicaux. Il peut être utile de tenir compte des préférences culturelles, religieuses et sociales de la personne âgée pour s’assurer que l’établissement choisi respectera et intégrera ces aspects dans la vie quotidienne du résident.
Il est aussi conseillé d’inclure une évaluation psychologique pour identifier d’éventuels besoins en soutien mental et émotionnel. Ainsi, vous pourrez déterminer si la présence d’un psychologue et des activités de soutien sont des critères à considérer dans votre choix d’un logement pour seniors.

L’entrée en maison de retraite ne signifie pas renoncer aux besoins qui ne sont pas médicaux. Il peut être utile de tenir compte des préférences culturelles, religieuses et sociales de la personne âgée pour s’assurer que l’établissement choisi respectera et intégrera ces aspects dans la vie quotidienne du résident.
Il est aussi conseillé d’inclure une évaluation psychologique pour identifier d’éventuels besoins en soutien mental et émotionnel. Ainsi, vous pourrez déterminer si la présence d’un psychologue et des activités de soutien sont des critères à considérer dans votre choix d’un logement pour seniors.

 

Comprendre les différents types de maisons de retraite

 

Le terme « maison de retraite » englobe plusieurs types d’établissements d’hébergement pour personnes âgées. Voici les principales catégories :

Maisons de retraite médicalisées (EHPAD)

Les EHPAD (Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) sont adaptés aux seniors nécessitant une assistance quotidienne et des soins médicaux réguliers. Ils offrent un accompagnement complet incluant l’hébergement, la restauration, les soins médicaux, et les activités sociales. Les EHPAD sont conçus pour accueillir des personnes en perte d’autonomie, souvent atteintes de maladies chroniques ou dégénératives comme Alzheimer.

Les services hospitaliers

Les unités de soins de longue durée (USLD) sont des structures hospitalières spécialisées dans la prise en charge des seniors très dépendantes nécessitant une surveillance médicale constante. Ces unités sont souvent intégrées aux hôpitaux et offrent des soins intensifs adaptés aux besoins spécifiques des personnes âgées.

Les résidences pour personnes âgées autonomes

Ces établissements concernent les seniors autonomes ou semi-autonomes sans trouble mental. Ces résidences, comme les MARPA (Maison d’Accueil et de Résidence Pour l’Autonomie) et les résidences-autonomie, sont destinées aux personnes âgées encore autonomes ou légèrement dépendantes. Elles proposent des logements privatifs avec des services collectifs, favorisant une vie sociale active tout en assurant la sécurité et le confort des résidents. Ces établissements ne fournissent pas de soins médicaux intensifs, mais peuvent offrir des services de soutien à la vie quotidienne.

Les maisons de retraite peuvent être publiques ou privées, avec des variations significatives dans les tarifs et les services offerts. Certaines structures acceptent des séjours temporaires ou de longue durée selon les besoins du résident.

 

Les critères pour choisir une maison de retraite

 

La localisation géographique

Choisir une maison de retraite proche du domicile de la famille de la personne âgée facilitera les visites, ce qui est essentiel pour le bien-être émotionnel de la personne et de ses proches. Il est également important de vérifier l’accessibilité de l’établissement, y compris les transports publics et les infrastructures environnantes. Assurez-vous que l’établissement choisi offre une bonne accessibilité aux services de santé externes comme les consultations chez le médecin traitant, les spécialistes (ophtalmologiste, dentiste, etc.), et les services d’urgence. La proximité avec ces services garantit une prise en charge rapide et efficace des besoins de santé du résident. De plus, certains établissements collaborent avec des professionnels de santé externes pour offrir des soins spécialisés directement sur place

En ce qui concerne votre proche, choisir un établissement à proximité de son ancien domicile lui permettra de conserver ses habitudes, ce qui facilitera la transition vers ce nouveau rythme de vie.

Les moyens de financement

Le coût des maisons de retraite varie selon le type d’établissement, les services proposés et son emplacement. Les coûts seront généralement plus élevés dans les zones où le prix de l’immobilier est haut. Ainsi, les familles doivent évaluer les ressources financières disponibles, y compris les pensions, les économies et les aides financières telles que l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie). Il est important de vérifier si la situation personnelle de la personne âgée est éligible à d’autres aides afin de réduire le coût total​. Par exemple, l’ASH peut couvrir la majorité des frais d’hébergement pour les personnes ayant des revenus très faibles, sous certaines conditions​. Il est recommandé de se faire accompagner pour ce type de démarches. Demander des devis détaillés et s’assurer de la transparence des coûts permettra aussi d’éviter les mauvaises surprises.

Comprendre les tarifs en maisons de retraite

Les frais en EHPAD se décomposent généralement en trois catégories : le tarif hébergement, le tarif dépendance, et le tarif soins. Le tarif hébergement couvre les prestations d’administration, d’hôtellerie, de restauration, d’entretien et d’animation non liées à la dépendance. Le tarif dépendance, qui varie en fonction du niveau de GIR (Groupe Iso-Ressources), couvre les prestations d’assistance dans les actes de la vie quotidienne. Enfin, le tarif soins inclut les prestations médicales et paramédicales, prises en charge par l’assurance maladie

La qualité des soins et le bien-être des résidents

Lors des visites des logements, pensez à vous renseigner sur la qualité des soins prodigués, les mesures d’hygiène misent en place et le confort des chambres. La bientraitance est un point très important à prendre en compte, pour vous assurer du respect de la dignité des résidents, vous pouvez vérifier que le personnel est en nombre suffisant pour répondre aux besoins de chacun des résidents et si l’établissement a des politiques strictes en ce qui concerne la maltraitance.

Les soins palliatifs

En fonction de l’avancée de la maladie ou de l’âge, un critère considéré par de nombreuses familles est la qualité des soins palliatifs afin que leur proche soit accompagné dignement durant leur fin de vie. Les soins palliatifs sont des soins qui ne visent qu’au confort de la personne en prévenant et en soulageant les douleurs physiques et en apportant un accompagnement psychologique. Ces soins sont souvent apportés par le personnel infirmier présent sur place.

Les services et les activités proposés

Les activités sociales et récréatives permettent d’entretenir les capacités des seniors vivant en maisons de retraite et ralentir la perte d’indépendance. Vous pourrez vous renseigner sur les types d’activités proposés et constater si celles-ci sont adaptés aux capacités et aux intérêts de votre proche. Les services supplémentaires tels que la physiothérapie, l’ergothérapie et les soins dentaires sont également à envisager.

La réputation de l’établissement

Il est conseillé de consulter les avis en ligne, les témoignages des familles et les rapports des autorités sanitaire afin de se rendre compte de la qualité de vie que propose la maison de retraite concernée.  Les établissements bien notés et recommandés par les professionnels de la santé sont généralement plus fiables.

 

La procédure de sélection et d’admission

 

La recherche et les visites d’établissement

Utilisez des annuaires spécialisés et des plateformes en ligne pour rechercher des logements pour seniors répondant aux critères que vous avez définis et organiser des rendez-vous. Vous pouvez vous tourner vers des services d’accompagnement en ligne (service gratuit et sans engagement) pour faciliter les démarches de votre recherche.

Lors des visites, prêter attention à l’ambiance générale, à la propreté, à la qualité des repas et les activités qui sont pratiquées. Si possible, faites les visites avec votre proche pour l’impliquer dans la recherche et recueillir ses impressions.

La préparation des documents nécessaires à l’admission

Vous avez trouvé l’établissement le plus adapté à vos critères et aux besoins de votre proche ? La suite des démarches consiste en la création d’un dossier d’admission en maison de retraite. Celui-ci inclut généralement les documents suivants :

  • Photocopie de la carte nationale d’identité et de la carte vitale
  • Justificatif de domicile datant de moins de trois mois
  • Justificatifs de ressources (titres de retraite principale et complémentaire)
  • Dernier avis d’imposition
  • Dossier médical détaillé, incluant les ordonnances et les antécédents médicaux

Une fois le dossier complet, vous pourrez le transmettre à l’établissement que vous avez sélectionné. Un entretien de pré-admission sera organisé pour évaluer la compatibilité entre les besoins du futur résident et les services offerts par le logement.

La rencontre avec le personnel de l’établissement

Une visite de pré-admission permet de rencontrer le directeur, le médecin coordonnateur et le psychologue de la maison de retraite. Cette rencontre consiste en un premier contact avec le personnel pour présenter les services offerts et confirmer qu’ils conviennent à vos attentes. Elle vous permettra également de poser toutes les questions que vous souhaiter pour être rassurés sur la qualité de vie que connaîtra votre proche dans ce nouveau lieu.

 

La préparation et l’entrée en maison de retraite

 

Les aspects logistiques et administratifs

Ces aspects consistent en la signature du contrat de séjour pour définir les conditions d’accueil, de séjour, de facturation, ainsi que les droits et obligations des résidents.  Il est recommandé de réaliser un état des lieux de la chambre et de faire l’inventaire des biens personnels apportés par votre proche. Assurez-vous également que toutes les clauses importantes, comme les conditions de résiliation et les modalités de facturation en cas d’hospitalisation, sont bien précisées.

L’intégration et la période d’adaptation

Pour faciliter l’adaptation de votre proche dans ce nouvel environnement, vous aurez la possibilité de personnaliser la chambre selon ses goûts. Avec des meubles de son ancien logement et des objets familiers, par exemple. Encouragez les visites régulières des proches et la participation aux activités proposées afin que la personne puisse développer sa relation avec les autres résidents. Une bonne intégration nécessite un soutien continu de la famille et une communication ouverte avec le personnel de l’établissement. Les aidants devront aussi continuer à s’assurer que le senior reçoit les soins nécessaires et que tous ses besoins sont pris en compte.

Les animaux de compagnie

Toutes les maisons de retraite ne le permettent pas mais beaucoup ont conscience de l’impact positif sur la santé et le moral que procure la présence de l’animal de compagnie des personnes âgées. Ils apportent du réconfort, réduisent le stress et favorisent les interactions sociales. Si votre proche vit actuellement avec un chat ou un chien, il serait intéressant de demander lors de la visite si les animaux de compagnie sont acceptés au sein de l’établissement.

 

En conclusion, choisir une maison de retraite est une décision complexe qui nécessite une préparation minutieuse et une réflexion approfondie. En évaluant soigneusement le degré de dépendance de votre proche, ses besoins médicaux spécifiques, et ses préférences personnelles, vous pouvez mieux cibler le type d’établissement qui lui conviendra le mieux.