Lorsqu’un senior intègre une maison de retraite, l’une des questions prépondérantes concerne le devenir de sa résidence principale. Cette interrogation soulève plusieurs points, tant financiers qu’affectifs. Diverses options se présentent, chacune avec des implications et des enjeux spécifiques. De la vente à la location, en passant par la donation, le choix dépendra des besoins financiers et des liens émotionnels avec la propriété. Cette décision, souvent complexe, nécessite une analyse minutieuse des différentes alternatives.

Vendre sa maison, une fausse bonne idée ?

La vente directe de votre maison peut sembler la solution la plus simple et efficace. Toutefois cette solution implique de vendre votre bien au meilleur moment du cycle du marché immobilier. Et elle vous oblige dans un second temps de placer et d’investir les montants générés.

Les bénéfices

Votre maison est synonyme de confort, de sécurité et de souvenirs. Garder sa maison, c’est préserver un lien fort avec son passé. De plus, d’un point de vue financier, une maison reste un actif important. La conserver vous permet de bénéficier d’une appréciation de la valeur au fil du temps, constituant ainsi un patrimoine pour vos proches.

Les contraintes de garder sa maison

Une maison inoccupée nécessite toujours un entretien récurrent afin de limiter les dégradations naturelles. Cela peut être contraignant en termes de coûts et de temps pour les résidents en maisons de retraite ou leurs proches. De plus, une maison vide peut attirer les cambrioleurs. Des systèmes de sécurité ou une surveillance régulière sont nécessaires afin de prévenir toute effraction de votre bien. Enfin, être propriétaire d’une maison a des obligations fiscales, comme la taxe foncière.

Les différentes solutions pour garder votre maison

La location directe

Transformer sa maison en bien locatif permet de générer une nouvelle source de revenus sans toucher au capital. Il est même possible pour certaines propriétés d’exercer une location distincte de ses pièces. La contrainte est de trouver un locataire respectueux du bien et solvable, quitte à passer par une agence immobilière afin de garantir une sécurité des loyers. Cette solution implique l’entretien du bien, intérieur et extérieur.

La vente différée, vente en viager

La vente en viager permet de vendre sa maison contre le versement d’une somme inférieure à son prix sur le marché, appelée bouquet, associé à des versements mensuels, la rente viagère, et ce jusqu’au décès du propriétaire. Ces montants sont évalués et fixés selon l’âge et la rentabilité de la propriété. Le vendeur devra assurer les charges d’entretien et les différentes taxes. Pour ceux qui ne sont pas prêts à vendre immédiatement, la vente différée peut être une option. Cette approche permet de continuer à posséder la maison tout en planifiant sa future vente.

La donation

Le don de votre propriété à vos héritiers ou votre entourage est une solution simple mais vous prive d’un patrimoine qui pourrait être très utile au financement de futures dépenses associées au vieillissement et à la perte d’autonomie.

Bénéficier de l’Aide Sociale à l’Hébergement (ASH)

Si vous avez des revenus inférieurs aux frais de votre maison de retraite et que vous êtes propriétaire, vous pouvez garder votre maison.

Versée par le département, l’ASH permet de payer la différence entre vos revenus et la facture de la maison de retraite. Le montant de cette différence est déterminé par chaque département selon ces critères :

  • Votre situation et celle de vos obligés alimentaires
  • Le règlement départemental d’aide sociales

Si vous avez du patrimoine immobilier et mobilier autre que votre résidence secondaire, nous n’êtes pas éligible à l’ASH. Attention, vous devrez rembourser ce montant par des donations ou à votre décès sur votre succession.

Les autres aides de l’état

Les personnes âgées en maison de retraite peuvent bénéficier de trois aides fiscales de l’état :

  • Exonération de la taxe foncière
  • Réductions d’impôts

Exonération de la taxe foncière

Les personnes âgées en maison de retraite sont exonérées de la taxe foncière si elles respectent les trois conditions suivantes : bénéficier de l’ASPA, ou de l’AAH, ou être âgées de plus de 75 ans. Toutes ces conditions sont soumises à des plafonds de revenus.

Réductions d’impôts

L’entrée en maison de retraite débloque deux types de réductions d’impôts :

  1. Une réduction d’impôt sur le revenu à hauteur de 25 % des dépenses liées à la dépendance et à l’hébergement, dans une limite de 10 000 € par personne et par an.
  2. Une réduction d’impôt pour la famille qui verse une partie du coût de la maison de retraite.

L’importance d’assurer sa maison inoccupée

Lorsqu’une maison est inoccupée, elle est encore plus exposée à des accidents du fait de l’absence de surveillance et d’entretien régulier. Ces risques peuvent être des cambriolages, des dommages matériels (comme les fuites d’eau ou les incendies), et des problèmes de responsabilité civile comme, par exemple, si un arbre tombe sur la propriété du voisin​​.

Sans assurance, le propriétaire s’expose à la perte de son bien et à l’indemnisation des victimes en cas de sinistre​​. De plus, les assurances habituelles peuvent ne pas couvrir entièrement les maisons inoccupées pour une période prolongée. Il est donc essentiel d’informer votre assureur de tout changement dans l’occupation de votre propriété. En cas de non-déclaration, les sinistres survenus pendant la période de vacances de plus de 30 jours consécutifs pourraient ne pas être pris en charge​​.

Il existe différentes options d’assurance pour les maisons inoccupées, y compris l’assurance habitation spécifique pour maison inoccupée, assurance PNO pour Propriétaire Non Occupant, et le contrat d’extension de garantie. Il est recommandé d’’assurer sa maison même non occupée avec Groupama, qui est le leader sur le marché des assurances et propose de nombreuses options pour les assurances de maisons inoccupées.

Ces assurances sont conçues pour couvrir les risques spécifiques associés aux résidences vacantes et peuvent inclure des couvertures contre les dommages matériels et la responsabilité civile​​.

Pour les seniors entrant en maison de retraite et souhaitant conserver leur maison, il est crucial de réévaluer leur assurance habitation afin de garantir une protection adéquate contre les risques inhérents aux maisons inoccupées. Ceci permettra non seulement de protéger leur patrimoine, mais aussi de se prémunir contre des coûts imprévus et potentiellement élevés en cas de sinistre.

Conclusion

La décision de conserver ou non sa maison en entrant en EHPAD est complexe. Il est essentiel de peser les enjeux émotionnels contre les réalités pratiques, et de considérer attentivement les options disponibles. Il est important d’évaluer vos besoins personnels, ainsi que ceux de votre famille, pour préparer votre projet tant à court terme qu’à long terme.

Dans tous les cas, le conseil de spécialistes tels que gestionnaires immobiliers, assureurs, conseillers financiers ou avocats fiscalistes, peut se révéler indispensable pour comprendre et optimiser les différentes solutions afin de conserver votre bien.